JEAN DE LA PLATITUDE

Juste pour être claire, j’aime bien la plupart des fables de Jean de la Fontaine. Mais j’ai tellement rit en lisant « Jean de la platitude », que je n’ai pu résister à la tentation de te partager cette fable revisitée. Avant de te présenter la nouvelle version, voici l’ancienne, pour te rafraîchir la mémoire sur la maudite fourmi ultra snob contre laquelle je me rebellais à l’adolescence.

La cigale et la fourmi

La Cigale, ayant chanté / Tout l’été, / Se trouva fort dépourvue / Quand la bise fut venue : / Pas un seul petit morceau / De mouche ou de vermisseau.

Elle alla crier famine / Chez la Fourmi sa voisine, / La priant de lui prêter / Quelque grain pour subsister / Jusqu’à la saison nouvelle.

« Je vous paierai, lui dit-elle, / Avant l’Oût, foi d’animal, / Intérêt et principal. »

La Fourmi n’est pas prêteuse : / C’est là son moindre défaut. / Que faisiez-vous au temps chaud ? / Dit-elle à cette emprunteuse.

– Nuit et jour à tout venant / Je chantais, ne vous déplaise. / – Vous chantiez ? j’en suis fort aise. / Eh bien! dansez maintenant.

Selon notre société, mieux vaut rentrer dans le moule, se taire et obéir de notre mieux.

Nous aurons ainsi droit à une retraite payée grâce à nos REER et pourrons alors vivre en paix.

Je ne sais pas pour toi, mais je trouve cette vision de l’avenir aussi excitante qu’un déversement de pétrole.

VOICI DONC LA VERSION MODERNE : 

Extrait tiré du livre de Pierre MorencyDemandez et vous recevrez

La fourmi et la cigale

La fourmi, ayant bossé toute sa vie, se trouva fort maganée quand la retraite fut venue. Plus un seul petit morceau d’énergie pour profiter des dernières années de sa vie.

Elle alla solliciter de la compagnie chez la cigale sa voisine, la priant de lui prêter quelques idées pour éviter de s’ennuyer à mourir. Je vous paierai, lui dit-elle, à même mes fonds de retraite.

La cigale n’est pas égoïste, c’est là sa moindre qualité. « Que faisiez-vous plutôt que d’utiliser efficacement votre temps à vivre ? dit-elle à cette vieille peau.

– Nuit et jour à tout venant, je travaillais, ne vous déplaise.

– Vous travailliez ? J’en suis fort aise. Eh bien ! Regrettez maintenant. »

Pin It on Pinterest